Universal Studio

C’est  le jour tant attendu pour N’ael! Le parc d’attraction sur le thème d’Harry Potter dont Nicolas lui parle depuis maintenant un an vas enfin lui être révélé!

Une fois arrivés au parc, mous filons tout droit vers la zone Poudlard/Pré-au-lard. A notre grande surprise, il n’y a pas de queue et nous pouvons donc traverser les couloirs de l’école de sorcellerie en 5 minutes, ce qui est un peu dommage car la queue de l’attraction nous fait parcourir des couloirs plus que réalistes, qui valent vraiment le détour. Après l’attraction N’ael demande même à pouvoir retraverser une partie des couloirs pour pouvoir faire une photo du miroir de Risel

Après l’attraction de l’hippogriffe et celle du chant des crapauds, nous rejoins le Poudlard Express qui nous emmène dans Londres. A L’instar de l’école de magie, la gare d’arrivée est hyper réaliste, de la plateforme 9 3/4 aux pubs britanniques, tout y est!
Nous passons alors au chemin de traverse, qui lui aussi est répliqué à merveille. Tous les magasins sont là et leurs contenus magiques aussi! La banque de Gringotts est surmontée d’un dragon qui crache  des flammes de manière aléatoire (mais sécuritaire). Nous allons donc visiter les locaux qui se trouvent être une attraction tirée du dernier livre.

 

L’heure du repas arrivant, nous nous installons pour manger nos sandwiches à une taverne de l’allée de traverse. Nicolas en profite pour boire une bière ambrée car apparemment la bierreaubeuure est trop sucrée et pas très bonne.

Une fois notre repas fini, nous décidons d’aller explorer les autres attractions du parc. Après avoir testé Transformers (que N’ael à adoré), nous sommes rejoints par Stan, le grand frère de Nico pour l’attraction la plus redoutée de N’ael: Rock it. Le principe est un grand 8 classique, mais avec un twist: la montée se fait complètement à la verticale, et ce pendant 30 bonnes secondes. Pour ajouter au supplice, étant un groupe de 3, l’opérateur nous indique que Stan et Nico doivent monter ensemble, laisse N’ael tout seul … Oh, et nous sommes filmés pendant l’attraction, Les garçons ont bien rigolés en re visionnant le film de N’ael

Pour repartir sur des sensations moins terrifiantes, nous allons faire les grands classiques d’Universal: Shreck, les minions (moi moche et méchant) et testons la ‘queue virtuelle’ du show de Jimmy Fallon. Après 1h30 à déambuler dans un Hall, nous ne sommes pas vraiment convaincus de l’attraction… La momie termine de terrifier N’ael, et en sortant, les décorations d’Halloween en préparation ne font rien pour améliorer l’ambiance…
Nous rentrons donc à l’hôtel tous fourbus d’avoir marché toute la journée.

 

 

coucher de soleil sur Poudlard

Si cette peinture vous plait, venez acheter un print ou un produit dérivé ici: https://society6.com/product/hogwarts-watercolor-sunset_pillow?sku=s6-8979027p26a18v129a25v193

Orlando jour 3 : Volcano Bay

Aujourd’hui nous parton tester le dernier parc d’Universal. C’est un parc aquatique avec comme thème les îles polynésiennes. Stan et Kathy n’y étant pas encore allés, se joignent à nous pour la journée.

Schéma d'un Tapu Tapu

Schéma d’un Tapu Tapu

Le principe de ce parc est de faire une queue virtuelle grâce à nos Tapu Tapu, des montres connectées qui nous permettent de rentrer dans la fille. Lorsque l’on veux faire une attraction, on appuie nos Tapu- Tapu sur le lecteur qui nous donne un temps d’attente. Pendant ce temps, nous sommes libres de faire ce que l’on souhaite: se balader, prendre un cocktail, faire une attraction sans temps d’attente, etc. Le système fonctionne bien et nous permet de faire la totalité des attractions sans trop attendre.

 

Il faut tout de même noter que l’attraction phare, le volcan en haut duquel on est éjecté à l’aide d’une trappe sous nos pieds annonce 3 à 4 heures d’attente dès midi. Il aurait été compliqué (et frigorifiant) de faire toute cette queue…

Vers 16h30, alors que nous avons encore 1 heure d’affichée sur nos Tapu Tapu, nous décidons d’aller prendre un verre au Dancing Dragon, Nicolas choisit un Hanu-Puiki, un cocktail ressemblant à un punch tandis que N’ael opte pour un verre de Cabernet Sauvignon. Sauf que, avec son accent français (et la prononciation qui viens avec), le serveur N,est pas sûr d’avoir compris

A cabernet? The red wine right?

Ouip, c’est bien cela, sauf que le merlot juste à coté est un vin rouge aussi… Ni une ni deux, l serveur empoigne la bouteille de vin par le col er en verse une portion…. dans un gobelet en plastique… Tout français aurait été traumatisé par cette scène, encore heureux qu’il ne nous ait pas proposé de glaçon avec!

 

Lorsque le jour commence à tomber, le froid arrive et nous pouce à rentrer tranquillement nous reposer après cette journée forte en émotions.

 

(Re) vivez cette expérience avec nous!

Shenandoah-Charlotte

La sonnerie du téléphone de Nicolas nous réveille alors que nous sommes bien emmitouflés. Comme nous sonnes du coté du soleil couchant, il n’est pas là pour réchauffer la tente le matin.
Après un déjeuner rapide nous rangeons la tente, faisons les provisions d’eau et pour! en route pour Lake Norman State Park.

Le trajet sur l’autoroute est plutôt monotone et N’ael invente un jeu pour se distraire: il faut compter les MacDo et les subway sur la route. Nico choisit la team McDO et N’ael la team Starbuck, euh pardon Subway!
Vers 13h nous nous arrêtons à un resto d’autoroute nommé Cracker Barel. Nico dit que c’est très bon mais N’ael soupçonne qu’il es surtout là pour la limonade illimité…
Le principe du menu est de choisir une protéine (viande ou pousson) puis des sides (petits plats de légumes ou féculents) pour aller avec. Même si le tout est déjà clairement préparé à l’avance et décongelé, le repas est copieux et vaux sont prix (10$ le menu).

La route se continue tranquillement jusqu’à Troutville ou la pluie et le vent sont de la partie. Arrivés au campsite vers 16h, il pleut tellement que l’on est instantanément trempés en sortant de la voiture. Chargés de notre expérience pluvieuse de New York, on installe la bâche au dessus de la tente entre 2 arbres pour avoir un espace sec devant. Cela nous prends 1h sous la pluie battante mais la bâche est bien tendue et l’eau rigole plus bas. On peut enfin se mettre au sec!

Un peu plus tard un ranger viens nous voir car avec cette pluie nous n’avions pas envie d’aller checker à l’entrée. Il nous apprends que nous sommes les seuls campeurs et que de toute façon le camp manager est renté. chez lui car Irma fait des ravages.
Quoi?! nous sommes dans l’ouragan Irma? en effet, elle était censée remonter la floride aujourd’hui mais faite de connexion internet, nous n’avions pas pu checker ça. On attends des vends jusqu’à 45 mph (env. 73 km/h) et beaucoup de pluie…
Pas très rassurant mais nous allons quand même rester, notre campement est bien trop classe pour l’abandonner 😉

 

Une balade dans Montréal

Les 14 et 15 avril, le papa de N’ael nous a rejoint à Montréal après son périple au Quebec. N’ael et lui ont donc profité d’une journée de soleil pour se balader.

Depuis l’appartement il est très facile de rejoindre le coeur de Montréal à Métro. Nous descendons donc à la Station Berri-Uqam pour rejoindre le vieux port à pied.

Le quartier est familier de Papa N’ael car il y a déjà flanné -et dansé un rock avec Maman – l’été dernier lors de sa visite à Montréal. Ce coin est très touristique – mais aussi très joli- et pas encore très bondé car la pleine saison n’est pas encore commencée. Un petit stop à la boutique Délice érable & cie pour acheter du pop corn à l’érable car Maman N’ael est addict au sirop d’érable 😉

Un peu plus loin en face du centre des sciences de Montréal se trouve un petit parc ou nous nous posons pour dessiner un peu. Il faut dire que c’est Papa N’ael qui l’a initié au vlog et aux carnet de voyages. C’est aussi lui qui lui a enseigné les bases du dessin et de l’aquarelle, il est donc rigolo de comparer leur style de dessins sur un même paysage:

 

Après la pause dessin, nous remontons vers le centre historique de Montréal et la place d’armes en quête d’un repas du midi. Nous trouvons une chouette brasserie-épicerie-restaurant qui fait des salades, sandwich et soupes: Xavier Artisan où nous reposons un peu nos pieds.

Après un repas frugal mais excellent nous repartons en quête d’une boutique de chocolat sur l’avenue Mont Royal. Plutôt que de reprendre le métro, nous continuons à pied car le soleil brille. Nous passons par le quartier des arts et N’ael fait même mumuse sur les balançoires musicales du boulevard de maisoneuve:

Après être retombés en enfance nous remontons la rue Saint Denis ou nous faisons quelques emplettes dans une bouquinerie et un magasin de cuisine où nous achetons un cadeau pour Maman N’ael car son anniversaire arrive bientôt.
Une fois arrivés sur l’avenue Mont royal, les rues se densifient et nous repérons une augmentation d’accent français dans la foule. Par contre, par de magasin Jpegde chocolat en vue… Rendus au bout de l’avenue nous devons abandonner nos rêves de chocolat et nous nous rabattons sur la brasserie artisanale Boswell . N’ael savoure une stout tandis que Papa N’ael choisit une rousse. Il goutteras aussi une bière au seigle et au poivre qui se révélera très étonnante et que nous aimerons bien essayer de brasser à la maison.

 

Une fois nos bières dégustés, nos pieds nous rappellent à l’ordre et nous prenons donc un bus pour rentrer. L’appli de nos téléphone indique que nous avons fait 4 heures de marche à pied!

 

Séquence 01_1

 

 

 

Shenandoah Big Meadows

Le check out étant à 11h nous avons un peu de temps ce matin. On savoure notre café en regardant le soleil se lever, puis rangeons nos affaires.

Notre voisin anti-insectes est déjà parti depuis longtemps, nous ne saurons donc jamais quel était son système de tente.

Arrivés à Big Meadows vers 3h, nous avons la surprise de découvrir un bambi sur notre emplacement. Il ne reste pas longtemps car il a peur mais en révérons beaucoup d’autres par la suite. Après avoir monté la te,te et mangé un couscous (peu) réhydraté nous partons randonner vers les cascades que le ranger de l’accueil nous a conseillé.

Dark Hollow falls map

Chose pratique, le départ du chemin de rando est au bout de notre site de camping! Le chemin commence au travers de la foret puis croise la route. De là, la descente commence, on longe le ruisseau qui s’élargit au fur et à mesure jusqu’à donner des mini chutes et des bassins.

Comme il fait chaut, on profite des bassins pour plonger nos pieds et se rafraichir. Apparement ce n’est pas habituel car les touristes chinois nous prennent en photo et les américains nous dévisagent… On repars tranquillement jusqu’à arriver en bas de la plus grosse chute d’eau. N’ael décide de replonger  les pieds puis les genoux alors que Nico escalade… Finalement les chinois prenennt le coup et plongent aussi les pieds, mais juste le temps d’un selfie!

Après la trempouille, nous décidons de remonter tout ce que l’on a descendu. On croise une famille d’américains où visiblement seule la mère est contente de la randonnée. Le père et les 2 fils réclament à manger et râlent à haute voix.img_20160826_164730

Soudain N’ael voit un mouvement sur la gauche. en effet, un ours adolescent cherche de la nourriture tranquillement dans le ruisseau. Nous nous arrêtons pour le contempler comme nous n’avons pas l’appareil photo. Et c’est là que nous nous faisons rattraper par les américains bruyants… N’ael leur fait signe de rester discrets car il y a un ours mais au lieu de baisser la voix, ceux-ci s’écrient « A BEAR! » Pour la discrétion on repassera…

 

En continuant la montée nous essayons de prévenir les gens mais ils semblent plus blasés qu’autre chose….
En traversant la route nous passons dans la foret et N’ael aperçoit un bébé ours

-Awn il est trop chou!

-Oui, enfin s’il y a bébé, il y a maman pas loin… réplique  Nico

En effet, de l’autre coté de la route, maman ours fouille le sol à la recherche de nourriture et on entends du bruit venant d’en face de nous.

Pour éviter de tourner le dos à l’ours (il parait qu’il ne faut jamais faire ça, d’après les rangers ça nous fait passer pour des proies), N’ael avance à reculons tandis que Nico regarde devant lui.

Heureusement ce n’est que Bambi et nous pouvons continuer la route tranquillement jusqu’à la tente.

Avant d’aller prendre notre douche, nous pausons et buvons de l’eau. C’est là que Nounours décide de continuer sa rando et de venir nous dire bonjour. Cette fois ci nous avons l’appareil photos et le mitraillons. Il finit par se mettre sur ses deux pattes arrières et pars chasser un oiseau… C’est fichtrement rapide un ours!

nounours.png

Comme la veille, les douches sont payantes donc nous économisons l’eau en nous lavant à tour de rôle dans la même douche. Nous tentons d’acheter quelques victuailles pour agrémenter notre souper mais la cafétéria n’offre que très peu de choix, nous rentrons donc à la tente.

Ayant acheté des cartes postales la veille, nous les écrivons et partons en quête de timbres. Au sommet du campground se trouve un hôtel avec une boutique souvenir. La caissière est occupée a monter des photos d’ours à tous les clients car apparemment il u en a un qui traîne dans le coin et les rangers sont à sa poursuite. Se pourrait-il que ce soit celui qui était venu nous faire coucou?

Une fois les cartes postales mises dans la boite au lettre, nous redescendons à l’entrée du campement pour visiter le campstore. La cafétéria est bien mieux fournie et nous achetons pop corn, chips au vinaigre, bière et bonbons pour Nico.

Nous rentrons enfin à la tente pour manger notre repas du soir et se préparer à dormir. Le temps que l’on finisse de mander, il fait déja nuit. Nous décidons donc de nous poser pour regarder les étoiles avant de nous endormir. En effet, il y a tellement peu de pollution lumineuse qu’il nous est très facile d’observer les étoiles

Washington

Aujourd’hui nous partons visiter Washington! Après un petit déjeuné envahit par les guêpes, nous vidons le contenu des affaires de camping dans la tente pour ne rien se faire voler. Seule le bidon d’essence de secours reste dans le coffre.

Le but de cette journée est de visiter les musées de l’espace et de l’histoire naturelle. Après 30 min de voiture il apparaît que se garer dans Washington est plus compliqué que prévu. Le premier parking souterrain que l’on croise ne veut pas nous laisser rentrer du fait du bidon d’essence et nous indique très vaguement (dans un américain incompréhensible) la direction d’un autre parking…Numérisation_20170219.png

Nous finissons par nous arrêter dans la rie à l’angle de C street et de la 17e NW, c’est à dire à un bloc de la maison blanche.
Le problème du payement du stationnement se pose donc. Puisque l’on ne peux payer que 2h, il faudrait donc revenir toutes les 2h pour ne pas se (re) prendre une amende

 

Fort heureusement les par-mètres ont des numéros de repérage qui nous permettent de payer à distance. Nous voila donc partis à la conquête de DC! Le résident’s parc par lequel nous passons est bourré de policiers qui surveillent tous les faits e gestes des passants, ce qui est quelques peu stressant…
Devant la maison blanche, N’ael est déçu de la voir de si loin car ce n’est pas très impressionnant, mais s’approcher plus nous aurait fait gagner un aller simple à Guantánamo…
nous redescendons donc vers les musées et il commence à se faire faim. Nous essayons un petit kiosque qui semble présenter des légumes et burgers mais une fois commandé la serveuse sort out d’un congélateur, et ce sont de toutes petites portions… Fuyons!

Nous arrivons finalement au musée de l’espace, assoiffés et affamés. Une cafétéria propose des Burgers MacDo ou des pizza, nous optons pour les pizza… Qui se révèlent être toutes petites, mais au moins nous avons de l’eau et Nico à même boisson à volonté.

Irrités d’avoir payé si cher nos repas, N’ael décide de remplir  le pot qui contenait sa lactase avec du sel.

-Etant donné que l’on a oublié de l’emmener, autant rentabiliser ce repas!

Mais l’heure tourne et c’est déja le miment de remettre des sous dans le parc-mètre. Nous essayons de télécharger l’appli mais elle n’est pas disponible au canada et il n’y a aucun moyen de setter nos téléphones aux US… Le site mobile est bloqué par la sécurité de google Chrome… La panique commence à s’installer… Finalement c’est N’ael qui trouve la solution en utilisant le navigateur basique de son téléphone et réussit à payer pour 2 nouvelles heures!

Maintenant que notre ventre est plein, nous pouvons aller visiter le misé! nous commençons par les salles expliquant comment l’univers fut rendu accessible par les premiers télescopes et les premières missions spatiales. Une petite pause à la boutique où nous hésitons à acheter une combinaisons spatiale pour Leïthan et un cerf volant pour nous… Mais finalement non. Un atelier pour enfant propose d’étudier les lois de la physique et de la dynamique des fluides où N’ael passe beaucoup de temps à décrypter les phénomènes, au grand damn des enfants venus jouer…

A l’étage, nous voyons comment l’armée américaine se déploie sur les porte avions; comment les conditions métrologies que mars sont recrées par les tempêtes de sable etc.

Il est 17h lorsque nous ressortons du musé. Trop tard pour avoir le temps de visiter le musée avec les dinosaure correctement. Nous repartons donc tranquillement vers la voiture, au passage nous nous arrêtons à l’obélisque pour faire des photos, enfin essayer car une famille de français se met constamment dans le champ de l’appareil…

dsc_0909

C’est donc avec les pieds engourdis que nous retournons à la voiture, avant de rentrer au camping nous souhaitons nous arrêter à un supermarché pour acheter de l’eau.
Nico propose Whole Food, une chouette trouvaille où nous achetons aussi du guacamole, du saumon fumé, du stick a lèvres vegan et du jus de fuit pour se faire un apéro pour ce soir.

Arrivés au camping, on se rends compte que la poubelle a été attaquée par les écureuils qui ont étalé les détritus partout dans la foret…