21-22 mai : Plongée à Thetford Mines & nuit à La cache du domaine

Jpeg

Lors de notre premier voyage à Thetford Mines  nous n’avions malheureusement pas pu plonger dans la carrière car celle-ci était fermée.
Nous profitons donc de ce ce week-end prolongé pour partir à l’aventure! Levés à 7h30 car nous avons 3h de route jusqu’à Thetford.

 

Nous arrivons à la carrière sur les coups de 11h, si l’entrée est affichée sur le coté gauche de la route, une fois rentrée dans la carrière, le chemin de terre n’est pas extrêmement bien dessiné et il nous faudra plusieurs tentatives (et quelques demi tours) pour rejoindre l’entrée d’eau.

 

 

map

Plan d’accès à la carrière Flintkote (Thetford Mines)

De la une charmante personne viens nous donner les infos de sécurité et nous fait payer les 10$ réglementaires, et nous commençons à nous équiper.
Même si l’été pointe le bout de son nez avec les 28°C externes, la température de l’eau sera au plus chaud à 14°C, ce qui nous oblige à plonger en combinaison étanche.

A 11h30 les stabs et les bouteilles sont prêtes, il ne nous reste plus qu’à enfiler les costumes de cosmonautes et les différentes épaisseurs. Sauf que en plein soleil il fait vite chaud en équipement, nous versons un peu d’eau froide sur nos têtes pour ne pas risquer un coup de chaleur, mais il faudra penser à apporter de quoi faire de l’ombre la prochaine fois.
Une fois que nous sommes tous équipés nous partons à l’eau. Une rampe d’accès nous permet de descendre tranquillement et d’enfiler les palmes. Nico se charge de la gopro car c’est lui qui obtiens les résultats les plus stables avec, et aussi parce que les gants de la combi de N’ael sont beaucoup trop grand (la joie d’avoir des petites mains!) ce qui ne lui donne pas une préhension efficace.

Dernier check up, bouée, air, poids, buddy, ok? on peut partir… Ah quoi que N’ael détecte un flux froid venant de sa main droite, il doit y avoir une fuite, Nico aussi sent quelques gouttes… Zut, on vas essayer de gagner un peu de temps en nageant en surface car les joints de N’ael semblent être correct, il y a juste une mini ponction sur son doigt…

Nous nageons donc en surface 5-6m puis descendons. Mais la combi de N’ael se vide de son air de pars le gant, rendant la flottabilité plus compliquée et une sensation de pression sur la cage thoracique peu agréable, il deviens plus difficile de respirer. Puis tout à coup, 2 minutes après l’immersion, cette sensation de froid intense dans tout le coté droit. N’ael fait signe à Nico que quelque chose ne vas pas et qu’il ne lui sera pas possible de gonfler sa combi pour remonter. Dans son inconfort, et avec son peu de préhension, il lui est aussi difficile de gonfler sa stabb. Nico réagit donc en agrippant la stabb de N’ael en gonflant sa propre stabb pour amorcer la remonter.
à 3m de fond il est heureusement assez facile de réaliser une remontée d’urgence, et il n’y aura pas de séquelles.

Pendant ce temps, N’ael à repris une position verticale et sent maintenant l’eau s’infiltrer jusque dans ses pieds… il aura fallu 2 minutes pour tremper l’intérieur d’une combinaison supposée étanche…

Nous revenons donc tout penauds à la voiture. La combi de N’ael ainsi que tout le coté gauche ses vêtements sont trempés. Nico quand à lui à le bout de la manche mouillé, mais surtout des belles traces de sueur… Il est vrai qu’il fait chaud et que la différence de température air/eau est un peu dangereuse… Quelque chose me dit qu’il est plus sécuritaire de plonger en hiver qu’en été…

Nous remballons donc nos affaires tranquillement et nous mettons en quête de quelque chose à manger car il est 13h et que notre hôtel ne peut nous accueillir qu’à partir de 15h. Nico jette son dévolu sur A&W car, a ce qu’il parait, ils ont de très bons oignons rings! Ce sera donc 1 burger pour Nico, extra frittes, frittes de patate douce et rondelles d’oignons pour N’ael (oui je sais, pas le régime le plus équilibré au monde mais bon…)

19402299_1417472224999792_171806203_o

Vous vous souvenez peut être que lors de notre premier voyage nous étions restés au Confort Inn de Thetford? Cette fois ci les chambres étaient extrêmement chères, sans doute du au week end prolongé, nous avons donc le choix entre y retourner ou tester La cache du domaine pour des prix similaires.
L’un propose une piscine, une grande chambre 4* et un steak house (non compris dans la chambre) et l’autre est 2*, petite chambre avec petit déjeuner inclus.
Nous avons opté pour la cache du domaine car la grande chambre nous sera utile pour étendre les affaires humides, tant pis si l’on est obligés de manger dans la chambre car le steak house ne propose pas de repas végétarien ou sans lactose…
L’établissement est immense et à l’air tout neuf. Le personnel d’accueil nous redirige vers notre chambre, au rez de chaussé (pratique pour porter les sacs et épargner le genou de N’ael). Il n’y a pas grand monde dans les couloirs, nous avons un peu l’impression d’être les seuls clients de l’hôtel, ce qui promet une nuit calme et silencieuse.
La chambre, comme précisé sur les photos est immense et possède un mur design qui tourne sur lui même pour déplacer la télé, N’ael joue pendant au moins 20 minutes avec!

 

Après avoir déchargé la voiture et étendu nos affaires, nous partons en quête de la piscine, mais sommes malheureusement déçus: celle-ci est fermée car pleine de vase, une vieille canette de bière (?) traîne au fond… C’est dommage car la piscine était un point décisif qui nous avait poussé à choisir cet hôtel. En se baladant dans les salles nous nous rendons compte que le bas prix devait en effet cacher un manque de clients car il n’y a personne, même le personnel est au minimum. Nous croisons des cadavres bouteilles vides dans ascenseur, des petits pots de beurre oubliés sur les radiateurs et la salle de sport sent fort le spray anti odeur (vous savez celui qu’on utilise dans les toilettes après avoir fait popo…)

Nous voilà donc de retour dans la chambre, puisque la piscine n’est pas en service nous en profitons donc pour prendre une looooongue douche chaude et faire une petite sieste… Vers 18h30 nous ressortons vers Walmart et IGA qui sont à 5 min en voiture et encore ouvert un dimanche! Nous achetons de quoi faire un souper accompagné de quelques bières de microbrasserie. Le souper devra être froid car, malgré la taille de la chambre, il n’y a ni bouilloire ni micro-ondes dans la chambre 🙁

Vers 21h nous nous endormons dans le graaaand lit en espérant avoir plus de chance le lendemain, car nous aimerions faire une ballade à vélo.
La nuit fut courte, la chambre n’ayant pas de rideau occultant, nous sommes réveillés par les voitures qui se garent dans le parking et le soleil qui se lève vers 6h30. Nico est aussi dérangé par un rush de boutons qui couvent ses jambes. On ne saura jamais si c’est le gel douche ou quelque chose dans les draps qui lui a déclenché une telle réaction.
Pour en rajouter, le soleil – après s’être levé de manière spectaculairement réveillante – décide de laisser place à la pluie… C’est raté pour la ballade à vélo…

Jpeg

Petit dej au Lit pour Nico 🙂

N’ael prépare alors un petit déjeuner au lit pour Nico qui regarde Scooby-doo à la télé. Le café fourni par la chambre est excellent, et l’on restera au lit jusqu’à 10h. Le temps de faire nos bagages et de rendre la chambre et nous voici repartis à Montréal sous une pluie battante…

Cette fin de semaine n’aura finalement pas été un succès brillant, mais nous avons appris 3 choses:

  1. La combi étanche est plus agréable en hiver qu’en été
  2. Ce n’est pas parce que un hotel à plus d’étoiles qu’il est mieux. Nous sommes des gens simple, et même si la chambre du comfort Inn n’était pas design, elle était fonctionelle et bien suffisante 🙂
  3. La bière Ale-O-Ween de la micro-brasserie Le trèfle noir est excellente!

 

 

25-26 mars: Thetford Mines et Mont Adstock

Si vous n’avez pas envie de lire tout l’article, une version vidéo simplifiée est disponible ici:

 

Courant janvier, nous avons étés contactés par la boutique Origino Kdo pour venir exposer avec Atelier Numéro 3 à Thetford Mines. Cette ville, ancien foyer de mines d’amiante se trouvant à 2h30 de route de Montréal, nous ne pouvions pas rater cette occasion d’aller visiter un nouveau bout de Québec!
En regardant pour planifier notre exploration, nous apprenons avec joie qu’une des carrières d’amiantes sers de spot de plongée sous glace l’hiver et est accessible l’été pour de la plongée classique. C’est une carrière extrêmement profonde avec de multiples point d’entrés, et nous sommes tout excités à l’idée d’aller plonger la bas. Malheureusement comme nous sommes fin mars, la neige et la glace ont ramollit, il ne nous sera donc pas possible de plonger cette fois ci.

Nous voila dont parti, Samedi 25 mars à  10h vers cette nouvelle aventure. La route jusqu’à Thetford est simple: autoroute tout droit et nous arrivons sur les coups de 12h30. Après avoir déposés nos créations, nous allons faire des courses pour le pic nic du midi car il commence à faire faim. Nous nous remettons en route pour trouver un spot qui pourrait nous accueillir malgré la neige et jetons notre dévolu sur le lac Caribou:

Malheureusement le coin n’est pas très tourist-friendly et aucune aire de repos n’est aménagée au bord du lac. Nous mangeons donc dans la voiture bien au chaud.

Après un repas bien mérité nous prenons le chemin de l’hôtel pour pouvoir poser notre sac avant de repartir vadrouiller. Le coin étant peu fréquenté en hiver, nous n’avons pas pu trouver de camping ou de location air bnb, ce sera donc le Confort Inn qui nous accueillera pour la nuit. Après avoir signé les papiers, nous demandons s’il y a des prospectus touristiques ou un infotourist dans le coin. La gérante d’accueil nous dévisage alors de haut en bas en nous demandant d’ou l’on viens. On finira par obtenir un guide datant de 2015 et une recommandation « regardez sur internet ». Merci!

il es donc 15h30 quand nous avons fini de nous installer. Le musé Minéralogique et minier nous fais de l’œil mais il ferme ses portes à 16h, zut.

Ah en fait après 16h c’est l’heure de l’apéro tout le monde rentre chez soi!

On dirait bien, car en hiver il n’y a pas grand chose à faire à part du ski, l’activité prévue pour demain…

Nous décidons donc d’aller retenter notre chance vers le parc national de Frontenac et le lac saint François, qui n’est qu’à 20 minutes en voiture de l’hôtel. Mais une fois arrivés, rebelote, il n’y a aucun endroit pour se garer et nous finissons par longer l’eau jusqu’à Disraeli ou nous détendons nos jambes au bord de l’eau pendant 20 minutes avant de reprendre la route vers la chambre d’hôtel.

Puisqu’il a rien à faire, autant lésiner un peu dans le lit! La chambre est équipée d’une télé avec plus d’une vingtaine de chaines, nous en profitons pour découvrir la programmation Québécoise. Après un grand nombres de pub (dont beaucoup se moquant des français) nous tombons sur Transformers 4 traduit en Québécois. Certes c’est le moins bon de la série mais le doublage québécois le rends intéressant!
Nous profitons du film pour manger notre soupe avant de nous endormir.

 

Le petit dej étant inclus dans la chambre, nous nous préparons vers 9h pour aller manger. La personne de l’accueil ayant annoncé Bacon, fromage et saucisses, Nico est tout heureux. Malheureusement, le menu doit être différent le dimanche car il n’y avait rien de tout ça. A la place Nico profite de gaufres au sirop d’érable et N’ael de tartines et de café.

Mont Adstock

 

Une fois les affaires rangés et le check out fait, nous prenons la direction du Mont Adstock ! Les tarifs de demi-journée ne commençant qu’à midi et quart, nous partons nous balader dans les chemins de raquettes.  La station n’est pas très grande, une trentaine de pistes, 2 remontées mécaniques et une centaine de mètres de dénivelés (de 450 à 520m d’altitude) mais nous n’avons pas skié depuis presque 2 ans alors c’est parfait pour nous!

 

Une fois le matériel loué, nous nous lançon sur les pistes vertes, dans un versant un peu à l’ombre. Il y a peu de monde et les descentes peuvent se faire à  grande vitesse sans risquer de blesser qui que ce soit. En haut du télésiège, des amateurs de parapente se lancent, ce qui rajoute un coté féerique aux descentes. Il est vrai que la vue sur la vallée est splendide! Après l’heure du dîner plus de monde rejoint les pistes, mais cela reste des bonnes conditions de glisses.

 

Les pistes noires sont malheureusement sur le versant au soleil, ce qui donne des plaques d’herbe et de la soupe collante sous les skis, nous préférons donc rester sur le versant à l’ombre.

(vidéo à venir)

 

Vers 15h, après avoir fait une vingtaine de descentes, nous reprenons la route vers Montréal. Nous étions invités à l’after ski vers 16h30 mais malheureusement nous voulons rentrer avant le tomber de la nuit et il nous reste 3h de route…

Shenandoah -> Detroit (Windsor)

Nous devons effectuer aujourd’hui le plus grand trajet du road trip, pour rejoindre Détroit, nous avons 8h de route devant nous.

Winchester sign

Can you spot the supernatural fan?

Une fois la tente démontée et le coffre rempli, nous prenons la route vers la frontière Américaine. Comme nous passons par les grandes autoroutes puis des grandes routes de campagne, nous rencontrons peu de bouchons. Nous profitions d’une aire de repos pour faire pause miam au milieu de la journée. Nico test un fast food americain « Dairy Queen » tandis que N’ael prends un sandwich végé à la boulangerie (sisi, ils ont des boulangeries sur les aires d’autoroutes aux US). Comme le sandwich est un peu léger, iel repars acheter une grand focaccia qui ne fera pas long feu tellement qu’elle est bonne (et pleine d’huile). Nico quand à lui passera l’après midi à digérer son burger

Nous arrivons sur les coups de 16-17h à Windsor ou se trouve notre Hotel. Ne pouvant pas trouver de camping dans le coin, nous passeront 2 nuits au Travelodge en face Detroit, au canada. Si l’hôtel se vante d’avoir du Wifi haut débit, il n’en est rien. N’ael ne capte rien et le mac de Nico rame comme pas croyable.

Après une bonne salade thon-mais-haricots rouges et un épisode de NCIS nous nous endormons dans un lit moelleux…