Montréal – Beaver Pond Campground

Notre histoire commence sans voiture, original pour un road trip!
En effet, Nico à déposé la voiture pour révision hier et le garage n’a toujours pas fini les réparations…

Nous profitons donc de ce surcis pour finir de se préparer et nettoyer en fond en comble la maison. Ver 11h Nico reçoit un appel lui annonçant que la voiture est prête. Mais en arrivant à la maison, il se rends compte que le frein à main ne fonctionne plus. Nous voici de retour au garage!

Nous prenons finalement la route vers midi (soit 2h plus tard que prévu) et pic niquons donc au Québec plutôt que dans l’état de New York. Après un passage éclaire à la douane US (car cette fois ci nous avons tous deux nos papiers blancs) nous filons tout droit sur l’autoroute 87. SI le temps était menaçant sur Montréal, c’est carrément le déluge sur tout le long de la route et il ne s’arrêtera pas de pleuvoir les 4 heures restantes..
Le 700 Kanawake road n’existant pas sur le GPS, N’ael a du programmer manuellement les coordonnées. Seulement voilà, google les donne en décimales tandis que le GPS les prends en minutes/minutes/secondes… Juste une histoire de conversion vous me direz, on est pas trop loin de notre destination, sauf que le GPS nous demande, en plein milieu de la 4 voies de sortir de l’autoroute, comme ça!

(insérer image)

 

Nous décidons donc de prendre la prochaine ‘vraie’ sortie, pour pouvoir retrouver notre chemin de façon sécuritaire. Par chance il y a un outlet juste à coté de notre sortie qui nous permet de nous connecter à Internet pour trouver un chemin car Céline est vraiment dans les choux…

Nicolas reset donc ‘beaver Pond’ et nous voilà repartis. Il est 17h30, la pluie et le jour tombent doucement. 15 minutes plus tard nous sortons de la voie rapide pour nous engager dans des petites routes de montagne, toujours sans indications de notre camping…

Quand google nous demande de prendre une route fermée, on commence vraiment à regretter de ne pas avoir imprimé de carte de la région… Les données mobiles de secours se rendent déjà utile, on a donc bien fait de les acheter… En fait google nous avait fait sortir une sortie trop tôt!

Après avoir fait, pour la 3e fois, le tour du lac, nous finissons par trouver notre camping, houra!
Le ranger de service a l’air bien absorbé dans sa tablette et nous envoie le plan du campground aussi vite que possible…. Arrivés à notre spot on est bien heureux de découvrir que nous sommes sur ne plateforme car il a plu toute la journée et installer la tente dans la boue c’est pas cool. Par contre, il n’y aura pas de repas chaud ce soir car nous n’avons pas d’abri. Tant pus, les boites de poids chiches et mais feront l’affaire…

N’ael rencontre Smaug // N’ael meets Smaug

Dans un trou vivait un hobbit. Ce n’était pas un trou déplaisant, sale et humide, rempli de bouts de vers et d’une atmosphère suintante, non plus qu’un trou sec, sablonneux, sans rien pour s’asseoir ni sur quoi manger: c’était un trou de hobbit, ce qui implique le confort.

In a hole in the ground there lived a hobbit. Not a nasty, dirty, wet hole, filled with the ends of worms and an oozy smell, nor yet a dry, bare, sandy hole with nothing in it to sit down on or to eat: it was a hobbit-hole, and that means comfort

JRR Tolkien, Le Hobbit/ The Hobbit

Ce hobbit était un hobbit très cossu, et iel s’appelait N’ael. N’ael et Nico habitaient le voisinage de Montréal depuis environ 2 ans et ils étaient très considérés, non pas seulement parce que la plupart d’entre eux étaient marrants , mais aussi parce qu’ils adoraient les aventures.
This hobbit was a very well-to-do hobbit, and their name was N’ael. N’ael and Nico had lived in Montreal for about 2 years and people considered them very respectable, not only because most of them were funny, but also because they always had adventures.

Ainsi, par un beau matin N’ael apprit que Smaug s’était installé vers Dorval. N’ael adorant les dragons, une grande expédition fut montée pour aller le rencontrer.
By a beautiful morning, N’ael leans that Smaug was in town, around Dorval. Loving dragons, a huge expedition been set up by N’ael to go meet him.

 

Bien qu’il n’y avait pas de trésor à voler ni d’anneaux précieux, la sculpture était immmense. Elle était faite de mousse, de plantes et de métal entrecroisés. Pour donner une échelle, voici N’ael à coté de la tête de Smaug:
Althought there were no treasure to steal, nor was a precious ring, the sculpture was huge. It was done with mold, plants and metal all together. To give you a bit of scale, here is N’ael near Smaug’s head:

Smaug à Montréal

N’ael à coté de Smaug en guise d’échelle

Ce dernier trône au dessus de la porte d’une maison de Hobbit dont la porte est fermée. On peut accéder au toit (et donc au dragon) en prenant les chemins montants à gauche et à droite.
The dragon guard the door of a hobbit’s house whose door is closed. You can acess theroof (and so Smaug) by taking the left or right paths

Trou de Hobbit

Trou de Hobbit / Hobbit’s hole

En s’éloignant, des traces de pieds aussi larges que longs sont visibles sur le sol. Marcher dans les traces n’est vraiment pas facile du fait de leur taille et de leur espacement, on à un peu l’impression d’être un pingouin 😉
Going away from the hole, foots steps are visibles on the ground. Steping on those marks is not easy due to the size of them and their spacing, you kinda feel like a penguin 😉

 

 

Au final c’est une sympathique attention pour tous les fans de l’univers de Tolkien, pas très fidèle mais joliment réalisée. Si vous souhaitez vous allonger dans le parc ou jouer un baseball, c’est aussi possible car le parc de Windsor est grand assez ombragé 🙂

Finally it is a nice attention to the tolkien’s universe fan, not realy accurate but nicely done. If you want to lay on thepark or play baseball, it is also possible because Windsor’s park is quite big and shady.

 

Nos voisins les raccoons / Our Neighboors the raccoons

English version + videos 🙂

Hier soir, alors que nous préparions le repas, Luna commence à s’exciter contre la fenêtre… N’ael sors regarder ce qu’il se passe car il y a souvent des chats errants ou des écureuils qui se baladent dans le jardin. A peine la porte ouverte iel se retrouve nez à nez avec 3 ratons laveurs, qui a été le plus étonné, nous le saurons jamais.
Le premier réflexe de N’ael fut de fermer violemment la porte, ce qui a eu pour résultat de les faire fuir… Nous sortons donc armés de nos appareils photos  pour essayer de voir où les ratons se sont cachés. Nous pensons d’abord au jardins des voisins, mais aucune trace d’activité. C’est alors que Nico se retourne pour rentrer à la maison, et vois un museau dépasser de la terrasse…

DSC_0412

Oui, ces bêbettes toutes cutes ont creusées un trou pour venir faire leur maison par chez nous…
Seul problème, il y a une maman et 4 petits ce qui veux dire qu’elle sera potentiellement dangereuse et protectrice et ne voudra pas quitter le nid familial…
D’après google, ces animaux sont réputés pour manger dans les poubelles et rependre des maladies… D’autant plus qu’au canada les ratons laveurs sont protégés, il faut donc les attraper pour les relâcher en libertés plus loin…

A la faveur de la nuit, nous entendons ces petites bêtes sortir juste en dessous de la fenêtre. Cette fois-ci nous somme préparés et commençons à mitrailler. Lorsque nous sortons, notre voisin nous annonce qu’il en a un aussi dans son jardin, et commence à les faire fuir. 2 petits montent dans l’arbre et la maman repars se cacher sous la terrasse… Mauvaise idée car les petits commencent à pleurer et la maman deviens agressive…

 

 

Finalement les petits réussirons à retraverser le jardin et rejoindre leur maman. A coup de flash d’appareil photo nous arrivons à les faire fuir chez le voisin. Nous profitons alors de leur absence pour calfeutrer les trous avant qu’ils ne revienne. Au matin, les planches sont toujours  là, ainsi qu’un joli cadeau sous notre fenêtre…

 

 

21-22 mai : Plongée à Thetford Mines & nuit à La cache du domaine

Jpeg

Lors de notre premier voyage à Thetford Mines  nous n’avions malheureusement pas pu plonger dans la carrière car celle-ci était fermée.
Nous profitons donc de ce ce week-end prolongé pour partir à l’aventure! Levés à 7h30 car nous avons 3h de route jusqu’à Thetford.

 

Nous arrivons à la carrière sur les coups de 11h, si l’entrée est affichée sur le coté gauche de la route, une fois rentrée dans la carrière, le chemin de terre n’est pas extrêmement bien dessiné et il nous faudra plusieurs tentatives (et quelques demi tours) pour rejoindre l’entrée d’eau.

 

 

map

Plan d’accès à la carrière Flintkote (Thetford Mines)

De la une charmante personne viens nous donner les infos de sécurité et nous fait payer les 10$ réglementaires, et nous commençons à nous équiper.
Même si l’été pointe le bout de son nez avec les 28°C externes, la température de l’eau sera au plus chaud à 14°C, ce qui nous oblige à plonger en combinaison étanche.

A 11h30 les stabs et les bouteilles sont prêtes, il ne nous reste plus qu’à enfiler les costumes de cosmonautes et les différentes épaisseurs. Sauf que en plein soleil il fait vite chaud en équipement, nous versons un peu d’eau froide sur nos têtes pour ne pas risquer un coup de chaleur, mais il faudra penser à apporter de quoi faire de l’ombre la prochaine fois.
Une fois que nous sommes tous équipés nous partons à l’eau. Une rampe d’accès nous permet de descendre tranquillement et d’enfiler les palmes. Nico se charge de la gopro car c’est lui qui obtiens les résultats les plus stables avec, et aussi parce que les gants de la combi de N’ael sont beaucoup trop grand (la joie d’avoir des petites mains!) ce qui ne lui donne pas une préhension efficace.

Dernier check up, bouée, air, poids, buddy, ok? on peut partir… Ah quoi que N’ael détecte un flux froid venant de sa main droite, il doit y avoir une fuite, Nico aussi sent quelques gouttes… Zut, on vas essayer de gagner un peu de temps en nageant en surface car les joints de N’ael semblent être correct, il y a juste une mini ponction sur son doigt…

Nous nageons donc en surface 5-6m puis descendons. Mais la combi de N’ael se vide de son air de pars le gant, rendant la flottabilité plus compliquée et une sensation de pression sur la cage thoracique peu agréable, il deviens plus difficile de respirer. Puis tout à coup, 2 minutes après l’immersion, cette sensation de froid intense dans tout le coté droit. N’ael fait signe à Nico que quelque chose ne vas pas et qu’il ne lui sera pas possible de gonfler sa combi pour remonter. Dans son inconfort, et avec son peu de préhension, il lui est aussi difficile de gonfler sa stabb. Nico réagit donc en agrippant la stabb de N’ael en gonflant sa propre stabb pour amorcer la remonter.
à 3m de fond il est heureusement assez facile de réaliser une remontée d’urgence, et il n’y aura pas de séquelles.

Pendant ce temps, N’ael à repris une position verticale et sent maintenant l’eau s’infiltrer jusque dans ses pieds… il aura fallu 2 minutes pour tremper l’intérieur d’une combinaison supposée étanche…

Nous revenons donc tout penauds à la voiture. La combi de N’ael ainsi que tout le coté gauche ses vêtements sont trempés. Nico quand à lui à le bout de la manche mouillé, mais surtout des belles traces de sueur… Il est vrai qu’il fait chaud et que la différence de température air/eau est un peu dangereuse… Quelque chose me dit qu’il est plus sécuritaire de plonger en hiver qu’en été…

Nous remballons donc nos affaires tranquillement et nous mettons en quête de quelque chose à manger car il est 13h et que notre hôtel ne peut nous accueillir qu’à partir de 15h. Nico jette son dévolu sur A&W car, a ce qu’il parait, ils ont de très bons oignons rings! Ce sera donc 1 burger pour Nico, extra frittes, frittes de patate douce et rondelles d’oignons pour N’ael (oui je sais, pas le régime le plus équilibré au monde mais bon…)

19402299_1417472224999792_171806203_o

Vous vous souvenez peut être que lors de notre premier voyage nous étions restés au Confort Inn de Thetford? Cette fois ci les chambres étaient extrêmement chères, sans doute du au week end prolongé, nous avons donc le choix entre y retourner ou tester La cache du domaine pour des prix similaires.
L’un propose une piscine, une grande chambre 4* et un steak house (non compris dans la chambre) et l’autre est 2*, petite chambre avec petit déjeuner inclus.
Nous avons opté pour la cache du domaine car la grande chambre nous sera utile pour étendre les affaires humides, tant pis si l’on est obligés de manger dans la chambre car le steak house ne propose pas de repas végétarien ou sans lactose…
L’établissement est immense et à l’air tout neuf. Le personnel d’accueil nous redirige vers notre chambre, au rez de chaussé (pratique pour porter les sacs et épargner le genou de N’ael). Il n’y a pas grand monde dans les couloirs, nous avons un peu l’impression d’être les seuls clients de l’hôtel, ce qui promet une nuit calme et silencieuse.
La chambre, comme précisé sur les photos est immense et possède un mur design qui tourne sur lui même pour déplacer la télé, N’ael joue pendant au moins 20 minutes avec!

 

Après avoir déchargé la voiture et étendu nos affaires, nous partons en quête de la piscine, mais sommes malheureusement déçus: celle-ci est fermée car pleine de vase, une vieille canette de bière (?) traîne au fond… C’est dommage car la piscine était un point décisif qui nous avait poussé à choisir cet hôtel. En se baladant dans les salles nous nous rendons compte que le bas prix devait en effet cacher un manque de clients car il n’y a personne, même le personnel est au minimum. Nous croisons des cadavres bouteilles vides dans ascenseur, des petits pots de beurre oubliés sur les radiateurs et la salle de sport sent fort le spray anti odeur (vous savez celui qu’on utilise dans les toilettes après avoir fait popo…)

Nous voilà donc de retour dans la chambre, puisque la piscine n’est pas en service nous en profitons donc pour prendre une looooongue douche chaude et faire une petite sieste… Vers 18h30 nous ressortons vers Walmart et IGA qui sont à 5 min en voiture et encore ouvert un dimanche! Nous achetons de quoi faire un souper accompagné de quelques bières de microbrasserie. Le souper devra être froid car, malgré la taille de la chambre, il n’y a ni bouilloire ni micro-ondes dans la chambre 🙁

Vers 21h nous nous endormons dans le graaaand lit en espérant avoir plus de chance le lendemain, car nous aimerions faire une ballade à vélo.
La nuit fut courte, la chambre n’ayant pas de rideau occultant, nous sommes réveillés par les voitures qui se garent dans le parking et le soleil qui se lève vers 6h30. Nico est aussi dérangé par un rush de boutons qui couvent ses jambes. On ne saura jamais si c’est le gel douche ou quelque chose dans les draps qui lui a déclenché une telle réaction.
Pour en rajouter, le soleil – après s’être levé de manière spectaculairement réveillante – décide de laisser place à la pluie… C’est raté pour la ballade à vélo…

Jpeg

Petit dej au Lit pour Nico 🙂

N’ael prépare alors un petit déjeuner au lit pour Nico qui regarde Scooby-doo à la télé. Le café fourni par la chambre est excellent, et l’on restera au lit jusqu’à 10h. Le temps de faire nos bagages et de rendre la chambre et nous voici repartis à Montréal sous une pluie battante…

Cette fin de semaine n’aura finalement pas été un succès brillant, mais nous avons appris 3 choses:

  1. La combi étanche est plus agréable en hiver qu’en été
  2. Ce n’est pas parce que un hotel à plus d’étoiles qu’il est mieux. Nous sommes des gens simple, et même si la chambre du comfort Inn n’était pas design, elle était fonctionelle et bien suffisante 🙂
  3. La bière Ale-O-Ween de la micro-brasserie Le trèfle noir est excellente!

 

 

375 ans Montréal – Joyeux anniversaire!

[english version below]

Le 17 mai 2017 était non seulement la journée mondiale contre l’Homophobie/Transphobie mais aussi le 375ème anniversaire de la ville de Montréal. C’est quand même un beau message pour cette ville qui nous à adopté depuis maintenant 2 ans.
A cette occasion le pont jaques Cartier s’est paré de couleurs et de feu d’artifice. Ces lumières resteront allumées tous les soirs pendant 10 ans.

C’est donc après notre souper que nous décidons finalement de nous joindre à la foule pour aller regarder ce spectacle de lumière. Si vous ne le saviez pas nous avons étés teckos light et son dans une vie antérieure, c’est d’ailleurs comme ça que nous nous sommes connus 🙂

Il est 21h35 lorsque nous quittons l’appart. Nous ne sommes pas loin de la rue Sainte Catherine d’où le point de vue est optimal pour observer les illuminations. Celle-ci à d’ailleurs été fermée à partir de l’avenue Bourbonnière pour l’occasion!

Lorsque nous arrivons à un point de vue convenable le spectacle à déja commencé, d’après Nico, les gens installaient déjà leurs equipement de camping à partir de 18h!

La radio et une application mobile relaient de la musique et des informations concernant le spectacle, il parait même que nous faisons partie d’une tentative de record mondial!

 

 

Nos téléphones n’étant pas assez puissants pour prendre des photos de nuit, et ayant envie de profiter du spectacle, nous n’avons pas pris de photos, mais vous pouvez en retrouver un grand nombre avec le #illuminationmtl sur instagram 🙂

Photographie: « Vincent Brillant »

Pour voir plus de son travail: www.vincentbrillant.com

 

Finalement vers 22h30 le spectacle se termine et nous rentrons tranquillement à la maison où nos propres illuminations nous attendent!


Promis on vous fait un tour de jardin bientôt!

 

 

The 17th of may was not only the international day against homophobia / transphobia but also the 375th birthday of Montréal! It’s quite a nice message to cary for the city that adopt us for 2 years. For this instance, the Jaques Cartier Bridge dressed with a lot of colors and fireworks!

After the diner we decided to join the crowd to see the light show. You might not know but we have been light and sound teckos  in a past life , it actualy is the way we meet in the first place!

We left the appartment at 9:35 pm, we are close to the St Caterine Street where the spot is optimal to see the bridge. The street is actually closed from Bourbonnière avenue for this occasion.

When we reache a good spot the spectacle has already begun, according to Nico people start setting camping equipment since  6pm!

Radio and mobile app relay music and information concerning the show, it even  seems to be that we are part of a world recod!

 

Speaking about music, you know that we have a guitar, a bass and a piano a home? We were looking or some amps, what do you think about this 4×12 at Guitar Center  ?
http://www.guitarcenter.com/Marshall/MG100HCFX-100W-Head-with-MG412CF-4×12-Cab.gc

Back to montréal, unfortunately our cellphone weren’t good enought to take nifht pictures, but I am sure that you wan see a lot with the #illuminationmtl on instagram.

Here is one of my favorite ones:

 

Photography: « Vincent Brillant »

To see more of his work: http://www.vincentbrillant.com

 

By 10h30 the show ended and we went back home where our own illumiantion are waiting for us!

We promise you, we’ll make a garden tour soon!

 

 

Want to join the adventure? Become a patreon today!

Une balade dans Montréal

Les 14 et 15 avril, le papa de N’ael nous a rejoint à Montréal après son périple au Quebec. N’ael et lui ont donc profité d’une journée de soleil pour se balader.

Depuis l’appartement il est très facile de rejoindre le coeur de Montréal à Métro. Nous descendons donc à la Station Berri-Uqam pour rejoindre le vieux port à pied.

Le quartier est familier de Papa N’ael car il y a déjà flanné -et dansé un rock avec Maman – l’été dernier lors de sa visite à Montréal. Ce coin est très touristique – mais aussi très joli- et pas encore très bondé car la pleine saison n’est pas encore commencée. Un petit stop à la boutique Délice érable & cie pour acheter du pop corn à l’érable car Maman N’ael est addict au sirop d’érable 😉

Un peu plus loin en face du centre des sciences de Montréal se trouve un petit parc ou nous nous posons pour dessiner un peu. Il faut dire que c’est Papa N’ael qui l’a initié au vlog et aux carnet de voyages. C’est aussi lui qui lui a enseigné les bases du dessin et de l’aquarelle, il est donc rigolo de comparer leur style de dessins sur un même paysage:

 

Après la pause dessin, nous remontons vers le centre historique de Montréal et la place d’armes en quête d’un repas du midi. Nous trouvons une chouette brasserie-épicerie-restaurant qui fait des salades, sandwich et soupes: Xavier Artisan où nous reposons un peu nos pieds.

Après un repas frugal mais excellent nous repartons en quête d’une boutique de chocolat sur l’avenue Mont Royal. Plutôt que de reprendre le métro, nous continuons à pied car le soleil brille. Nous passons par le quartier des arts et N’ael fait même mumuse sur les balançoires musicales du boulevard de maisoneuve:

Après être retombés en enfance nous remontons la rue Saint Denis ou nous faisons quelques emplettes dans une bouquinerie et un magasin de cuisine où nous achetons un cadeau pour Maman N’ael car son anniversaire arrive bientôt.
Une fois arrivés sur l’avenue Mont royal, les rues se densifient et nous repérons une augmentation d’accent français dans la foule. Par contre, par de magasin Jpegde chocolat en vue… Rendus au bout de l’avenue nous devons abandonner nos rêves de chocolat et nous nous rabattons sur la brasserie artisanale Boswell . N’ael savoure une stout tandis que Papa N’ael choisit une rousse. Il goutteras aussi une bière au seigle et au poivre qui se révélera très étonnante et que nous aimerons bien essayer de brasser à la maison.

 

Une fois nos bières dégustés, nos pieds nous rappellent à l’ordre et nous prenons donc un bus pour rentrer. L’appli de nos téléphone indique que nous avons fait 4 heures de marche à pied!

 

Séquence 01_1

 

 

 

7-8 mars: Érable et raquettes

Si vous le souhaitez, cet article est disponible en version écoutable ici: https://youtu.be/eH0UI5ptH0Q

Vous souvenez vous de nos amis Julie et Jean-Philippe? Mais si, l’aventure de la pêche sur glace!
Bref, ils nous ont de nouveau invités à participer à une activité magique! Cela faisais 2 semaines que Julie nous smsait à propos d’un weekend à l’érablière d’un de ses amis.

-On ne prends pas de change ni d’affaire de toilettes, comme ça on est sur de rentrer Samedi soir à Montréal.

Nous voilà donc finalement partis à Saint Ambroise de Kildaire pour passer la journée avec eux. L’érablière artisanale est tenue par Christian qui nous permet de visiter et de filmer le procédé de transformation de l’eau d’érable en sirop d’érable. Un vrai plaisir pour N’ael qui viens de diplômer d’une maîtrise en génie chimique:

 

Pour compléter la visite, Jean Philippe nous emmène randonner en raquettes dans l’érablière. Ça grimpe un peu du fait du plateau laissé par la fonte de la mer de Champlain. N’ael, pour qui c’est la première excursion en raquettes galère un peu mais suis le rythme. Nous apprenons aussi à distinguer les différents arbres de l’érablière les un des autres:

-Les Bouleau ont une écorce pale et  fine qui pèle,

-Les Erables une écorce griseatre et rugeuse

-Les Frênes ont une couleur proche des érables mais une écorce lisse.

Des dindons sauvages se balladent eux aussi dans l’érablière mais prennent peur à notre approche. Il faut dire que Nico rigole beaucoup de la démarche de N’ael, c’est sans doute cela qui à du les effrayer !

La descente vers la cabane se révèle être plus compliquée que la montée et N’ael mets plusieurs fois les fesses dans la neige…

Bambi GIF - Find & Share on GIPHY

Nous sommes descendus pour 16h, pile à temps pour profiter d’une bonne tire d’érable. C’est alors que Julie nous propose de venir dormir à leur chalet d’entrelacs. Tous les arguments que vous avions développés furent contrés et nous voila donc rendus à entrelacs à profiter d’un bon plats de spagethis à la sauce tomate. Il se fait tard et N’ael s’endors devant le feu de bois bercée par les chants de Jean-Phi…

 

Le lendemain matin, le soleil nous réveille, ainsi que la bonne odeur de crèpes que Julie à cuisiné pour le petit dej. Elle en fait même des sans Lactose pour N’ael qui d’habitude à du mal à manger le matin. Pas cette fois ci!

Sans-titre-2

Une fois la vaisselle et la toilette faite nous repartons nous balader dans la foret d’entrelacs. Si en bas la neige est assez fondue pour nous supporter, nous sommes obligés de chausser les raquettes une fois en haut du mont.

La vue du pic sur les lacs est splendide et le soleil chauffe, on retire donc bien rapidement les bonnets pour continuer à marcher.

Aux environs du Pont Julie repère un bouleau malade qui perds son écorce. N’ael et Julie se mettent donc à le ‘déshabiller’ pour récupérer l’écorce et en faire de la teinture pour laine.

2h30 après notre départ, nous sommes de retour au chalet. Il est déja midi et nous devons être à 14h à l’aéroport de Montréal pour aller chercher le papa de N’ael. Nous quittons donc le chalet pour repartir vers Montréal…

 

25-26 mars: Thetford Mines et Mont Adstock

Si vous n’avez pas envie de lire tout l’article, une version vidéo simplifiée est disponible ici:

 

Courant janvier, nous avons étés contactés par la boutique Origino Kdo pour venir exposer avec Atelier Numéro 3 à Thetford Mines. Cette ville, ancien foyer de mines d’amiante se trouvant à 2h30 de route de Montréal, nous ne pouvions pas rater cette occasion d’aller visiter un nouveau bout de Québec!
En regardant pour planifier notre exploration, nous apprenons avec joie qu’une des carrières d’amiantes sers de spot de plongée sous glace l’hiver et est accessible l’été pour de la plongée classique. C’est une carrière extrêmement profonde avec de multiples point d’entrés, et nous sommes tout excités à l’idée d’aller plonger la bas. Malheureusement comme nous sommes fin mars, la neige et la glace ont ramollit, il ne nous sera donc pas possible de plonger cette fois ci.

Nous voila dont parti, Samedi 25 mars à  10h vers cette nouvelle aventure. La route jusqu’à Thetford est simple: autoroute tout droit et nous arrivons sur les coups de 12h30. Après avoir déposés nos créations, nous allons faire des courses pour le pic nic du midi car il commence à faire faim. Nous nous remettons en route pour trouver un spot qui pourrait nous accueillir malgré la neige et jetons notre dévolu sur le lac Caribou:

Malheureusement le coin n’est pas très tourist-friendly et aucune aire de repos n’est aménagée au bord du lac. Nous mangeons donc dans la voiture bien au chaud.

Après un repas bien mérité nous prenons le chemin de l’hôtel pour pouvoir poser notre sac avant de repartir vadrouiller. Le coin étant peu fréquenté en hiver, nous n’avons pas pu trouver de camping ou de location air bnb, ce sera donc le Confort Inn qui nous accueillera pour la nuit. Après avoir signé les papiers, nous demandons s’il y a des prospectus touristiques ou un infotourist dans le coin. La gérante d’accueil nous dévisage alors de haut en bas en nous demandant d’ou l’on viens. On finira par obtenir un guide datant de 2015 et une recommandation « regardez sur internet ». Merci!

il es donc 15h30 quand nous avons fini de nous installer. Le musé Minéralogique et minier nous fais de l’œil mais il ferme ses portes à 16h, zut.

Ah en fait après 16h c’est l’heure de l’apéro tout le monde rentre chez soi!

On dirait bien, car en hiver il n’y a pas grand chose à faire à part du ski, l’activité prévue pour demain…

Nous décidons donc d’aller retenter notre chance vers le parc national de Frontenac et le lac saint François, qui n’est qu’à 20 minutes en voiture de l’hôtel. Mais une fois arrivés, rebelote, il n’y a aucun endroit pour se garer et nous finissons par longer l’eau jusqu’à Disraeli ou nous détendons nos jambes au bord de l’eau pendant 20 minutes avant de reprendre la route vers la chambre d’hôtel.

Puisqu’il a rien à faire, autant lésiner un peu dans le lit! La chambre est équipée d’une télé avec plus d’une vingtaine de chaines, nous en profitons pour découvrir la programmation Québécoise. Après un grand nombres de pub (dont beaucoup se moquant des français) nous tombons sur Transformers 4 traduit en Québécois. Certes c’est le moins bon de la série mais le doublage québécois le rends intéressant!
Nous profitons du film pour manger notre soupe avant de nous endormir.

 

Le petit dej étant inclus dans la chambre, nous nous préparons vers 9h pour aller manger. La personne de l’accueil ayant annoncé Bacon, fromage et saucisses, Nico est tout heureux. Malheureusement, le menu doit être différent le dimanche car il n’y avait rien de tout ça. A la place Nico profite de gaufres au sirop d’érable et N’ael de tartines et de café.

Mont Adstock

 

Une fois les affaires rangés et le check out fait, nous prenons la direction du Mont Adstock ! Les tarifs de demi-journée ne commençant qu’à midi et quart, nous partons nous balader dans les chemins de raquettes.  La station n’est pas très grande, une trentaine de pistes, 2 remontées mécaniques et une centaine de mètres de dénivelés (de 450 à 520m d’altitude) mais nous n’avons pas skié depuis presque 2 ans alors c’est parfait pour nous!

 

Une fois le matériel loué, nous nous lançon sur les pistes vertes, dans un versant un peu à l’ombre. Il y a peu de monde et les descentes peuvent se faire à  grande vitesse sans risquer de blesser qui que ce soit. En haut du télésiège, des amateurs de parapente se lancent, ce qui rajoute un coté féerique aux descentes. Il est vrai que la vue sur la vallée est splendide! Après l’heure du dîner plus de monde rejoint les pistes, mais cela reste des bonnes conditions de glisses.

 

Les pistes noires sont malheureusement sur le versant au soleil, ce qui donne des plaques d’herbe et de la soupe collante sous les skis, nous préférons donc rester sur le versant à l’ombre.

(vidéo à venir)

 

Vers 15h, après avoir fait une vingtaine de descentes, nous reprenons la route vers Montréal. Nous étions invités à l’after ski vers 16h30 mais malheureusement nous voulons rentrer avant le tomber de la nuit et il nous reste 3h de route…

On ne parle pas de montagne, mais de colline

Coucou tout le monde !

Après cette première visite de Montréal, j’ai aussi visité les environs avec quelques amis, et notamment quelques monts qui se dressent aux alentours. Alors évidemment, cela n’a rien avoir avec les alpes car le plus haut des environs, le mont tremblant, culmine à… 875 mètres. Mais cela n’empêche pas d’avoir des pistes de ski en hiver, puisqu’ici la neige tombe jusqu’au niveau de la mer ! 🙂

Mont Tremblant

Mais revenons à nos moutons, comme ce n’est pas encore la période pour faire du ski, nous y sommes allés pour faire de la randonnée ! De nombreux sentiers sont disponibles jusqu’à fin octobre, et nous avons choisi de prendre celui qui mène au sommet. Cela peut sembler facile de grimper un petit dénivelé de 635m, mais non, ce fut rude, et bien long !

11947922_665874606881625_6395655348757979283_o

Ça grimpe dur

 

Mais après l’effort, le réconfort ! Et quel plaisir de profiter de la vue du haut de ces 875m sur le village de mont tremblant. Une tour est spécifiquement installée là pour permettre de faire de magnifiques panoramas, donc en voici un extrait. Cela vaut vraiment le coup, et je le conseille à tous les visiteurs du Québec !

pano_20150907_143334

Vue panoramique en haut du mont tremblant

Une fois montés, il a bien fallu redescendre ! Et la trois solutions s’offrent à nous : le téléphérique, la tyrolienne (dommage, c’est très cher !), et emprunter un autre chemin de randonnée. Après avoir envisagé la première solution au vu des nuages arrivants, nous avons décidé de tenter le coup et de descendre à pied. Seulement, une petite pause sur un belvédère nous fait comprendre que ce n’était pas la bonne solution…

orage

Des éclairs au loin ne sont jamais un bon présage.

Et, comme l’on pouvait s’y attendre, voici l’extrait d’un discours qui s’est déroulé quelques minutes après.

– *flash* *bruit de tonnerre »
– « Oh, ça se rapproche ! »
– *sssshshhhhshshshhsh »
– « Vous croyez que c’est le vent ou la pluie ? »
– « Aaaaaaaaaah ! »

Et c’est à ce moment précis que la pluie s’est abattue sur nous, dense et tellement forte qu’en quelques secondes on était trempés de la tête aux pieds. Après avoir rangé les téléphones et autres équipements au fonds des sacs le plus rapidement possible pour éviter des les tremper, nous avons fait exactement ce qu’il ne fallait pas faire, on a choisi de descendre en courant jusqu’en bas. Évidemment, Murphy n’étant jamais très loin, la pluie a cessé au moment où nous arrivions à notre point de départ. Mais on était quand même bien mouillés.

11953393_665873926881693_5257320998792616843_o

Allez hop, au galop

pluie

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Heureusement, l’auberge où l’on était nous a permis de changer et même de prendre une douche malgré le fait que nous l’avions quittée le matin même. Cette auberge dispose d’ailleurs d’un lac et de canots, ce qui est très agréable pour pratiquer des activités lors d’un après midi ensoleillé !.

 


Mont Sutton

Le second mont où je me suis rendu est le mont sutton, lors de la flambée des couleurs. Cela est une tradition, à chaque automne de réaliser une randonnée afin de pouvoir observer le changement de couleurs sur chacun des arbres de cette grande forêt ! Il est un peu moins haut que le mont tremblant, mais l’ascension n’en est pas moins dure.

img_20151011_101021

C’est à gauche ou à droite le mordor ?

Plusieurs belvédères s’offrent à nous, mais la végétation est encore dense et ne permet pas tellement de profiter des vues dégagées sur la vallée en contrebas. Les couleurs restent magnifique, et si le rendu de mon téléphone ne permet pas tellement de le voir, c’est quelque chose à faire !

img_20151011_105815

Les feuilles sont colorées, mais elles ne sont pas encore tombées ! 🙂

Au cours de la randonnée, j’ai décidé d’entamer une collection de feuilles de différentes couleurs afin de les stocker dans un livre. J’avais un sacré éventail à la fin de la rando, mais malheureusement le séchage ne s’est pas très bien passé et elles ont perdu de leur couleur…

On décide alors de rentrer à la maison, et cette fois pas de pluie ! 🙂 Sans le savoir, nous somme dans le territoire vignoble du Québec, et nous décidons donc de nous arrêter chez l’un d’entre eux. Une dégustation nous est proposée pour 7$, et leurs vins sont sympathique, j’ai même décidé d’en ramener en France ! On s’est tout de même posés la question de savoir ce que donnerait un vin vieilli en fût d’érable.. J’espère pouvoir le découvrir d’ici la fin de mon séjour ! 😉

A bientôt pour de nouvelles aventures !

 

So many places to go!

C’est bien beau d’avoir un camion aménagé, mais s’il reste sur un parking, c’est bien dommage. On a plein de projets dans la tête, de destinations de rêve… Voici un aperçu:

[google_maps id= »60″]

 

  • Canada: Lots of roads trip ~>prévu a partir de février 2016
  • Thedford mines: Fin mars 2017
  • Road trip de Montréal à Miami: Septembre2017
  • Japon: le rêve de N’ael
  • Road trip sur la totalité du continent américain: le rêve de Nico

Vous avez des endroits a nous conseiller? Envie qu’on vienne vous dire bonjour? Laissez un commentaire!