Shenandoah-Charlotte

La sonnerie du téléphone de Nicolas nous réveille alors que nous sommes bien emmitouflés. Comme nous sonnes du coté du soleil couchant, il n’est pas là pour réchauffer la tente le matin.
Après un déjeuner rapide nous rangeons la tente, faisons les provisions d’eau et pour! en route pour Lake Norman State Park.

Le trajet sur l’autoroute est plutôt monotone et N’ael invente un jeu pour se distraire: il faut compter les MacDo et les subway sur la route. Nico choisit la team McDO et N’ael la team Starbuck, euh pardon Subway!
Vers 13h nous nous arrêtons à un resto d’autoroute nommé Cracker Barel. Nico dit que c’est très bon mais N’ael soupçonne qu’il es surtout là pour la limonade illimité…
Le principe du menu est de choisir une protéine (viande ou pousson) puis des sides (petits plats de légumes ou féculents) pour aller avec. Même si le tout est déjà clairement préparé à l’avance et décongelé, le repas est copieux et vaux sont prix (10$ le menu).

La route se continue tranquillement jusqu’à Troutville ou la pluie et le vent sont de la partie. Arrivés au campsite vers 16h, il pleut tellement que l’on est instantanément trempés en sortant de la voiture. Chargés de notre expérience pluvieuse de New York, on installe la bâche au dessus de la tente entre 2 arbres pour avoir un espace sec devant. Cela nous prends 1h sous la pluie battante mais la bâche est bien tendue et l’eau rigole plus bas. On peut enfin se mettre au sec!

Un peu plus tard un ranger viens nous voir car avec cette pluie nous n’avions pas envie d’aller checker à l’entrée. Il nous apprends que nous sommes les seuls campeurs et que de toute façon le camp manager est renté. chez lui car Irma fait des ravages.
Quoi?! nous sommes dans l’ouragan Irma? en effet, elle était censée remonter la floride aujourd’hui mais faite de connexion internet, nous n’avions pas pu checker ça. On attends des vends jusqu’à 45 mph (env. 73 km/h) et beaucoup de pluie…
Pas très rassurant mais nous allons quand même rester, notre campement est bien trop classe pour l’abandonner 😉

 

Shenandoah- Big meadows- Loft mountain

Réveil tardif ce matin, on a dormi pendant plus de 12h! Le check out étant à 11h, on se prépare tranquillement, et même presque trop puisque l’on ne quitte le campement qu’à 11h30, oupsy!

Direction Loft Mountains, le premier campement que l’on a fait l’an passé. On se souvient de ce sublime coucher de soleil et espérons bien le revoir à nouveau. Pourtant en arrivant sur le site que l’on a réservé, on se rends compte que les numéros ont changés et que l’on ne vois rien du tout! Ni une ni deux, nous arpentons la boucle A en espérant retrouver notre campement, si possible non réservé. Lorsque nous y arrivons, on se rends compte que quelqu’un y est garé mais semble être hésitant à le réserver. Un tour de camping plu loin, nous retournons au bureau des rangers pour le ‘shotgun’ comme on dit à l’UTC. Tout est bien qui finit bien.

Nous installons tranquillement le campement face au coucher de soleil, grignotons un bout puis partons découvrir l’appalachian trail.
SI vous suivez nos aventures depuis quelques temps vous savez que nous voulions déjà faire ce chemin circulaire l’an passé mais que nous nous étions trompés d’embranchement. Cette fois ci nous partons directement du camp site vers le nord pour être certains d’être sur le bon chemin. En effet, celui-ci est un peu plus entretenu et l’on croise même quelques bambis! Le chemin est plein de points de vue sur la vallée et le soleil couchant, on est vraiment heureux de l’avoir finalement fait!

De retour au campement, Nico tente de faire un feu de camp avec le reste du bois de la veille. Malheureusement celui ci est trop humide et fait plus de fumée qu’il ne chauffe. Tant pis, on pars se coucher dès que le soleil est parti car on a de la route demain…

Pour visionner cette aventure en video cliquez par ici:

Big meadows

Si nous n’avons pas eu froid cette nuit, nos voisins ont quand même trouvé le moyen de gonfler leur matelas vers minuit tout en chantant gaiement, pour la discrétion on repassera.

Le programme de la journée est rando, mais pour cela il nous faut une carte! Nous prenons donc la route vers Skyland et son visitor center pour nous aiguiller. AU détour d’un virage, 3 voitures sont à l’arrêt. Nous nous attendons à une biche qui traverse la route, mais non, c’est bien un ours noir qui se pavane sur le muret sur le côté de la route!

Arrivés à skyland, nous décidons de faire une petite rando dans le coin de 1.3 miles adaptée aux personnes à mobilité réduite. En effet le sol est recouvert de gravier et il y a des bacs tous les km. Si cette rando n’offre pas de vue plongeant sur la vallée, nous croisons néanmoins quelques chipmunk et des écureuils. Il est midi lorsque nous finissons notre rando, nous retournons donc au campement pour manger des pâtes aux olives.

Après une petite sieste, nous repartons pour une rando plus longue (4 miles) : Fisher Gap. On nous promet des cours d’eau ainsi que des chutes d’eau, que demander de plus? Après 45 minutes de descente, nous arrivons aux chutes d’eau, pas très grandes mais très jolies. Elles forment des bassins de temps à autres ou nous essayons de plonger les pieds. D’après Nico (qui a réussit à mettre les pieds en entier dans l’eau), elles sont aussi froides que l’eau de Gaspésie c’est pas peu dire!

Il est 16h lorsque l’on repars et au vu du chemin restant, on se dit qu’il est fort possible que l’ion ne soit pas rentrés avant la nuit. Du coup nous faisons demi tour et repartons pour 45 minutes – 1h de montée.
Une fois rentrés au campground on décide d’allumer un feu pour faire des patates en robe de chambre ainsi que du pop corn.
Le bois étant plein d’humidité et produisant beaucoup de fumée, N’ael en profite pour faire des chouettes photos en jouant avec le coucher du soleil.

New York – Big meadows

Cette nuit n’ayant pas été pluvieuse, il nous a été plus facile de dormir! Le soleil nous réveille et nous préparons tranquillement le petit déjeuner au pied de la plateforme.
Nico profite d’une douche chaude pendant que N’ael écrit le carnet de voyage puis celui-ci recommande fortement à N’ael d’aller prendre une douche. Ici c’est le grand luxe, les douches sont gratuites et le carrelage est chauffé!

Pendant que nous emballons la tente, Nico reçoit un message vocal de Reserve America nous indiquant que du fait de l’Ouragan Irma, notre réservation a été annulée. Okay mais laquelle?
Bon, un nouveau stop-internet-Wallamart s’impose, d’autant plus qu’on a oublié notre ouvre boite au canada!
Au détour d’un rayon, N’ael découvre des Onesies Bouricot et décide de s’en acheter un. Nico choisit une version Mario, avec moustache intégrée s’il vous plait!

ça nous tiendras chaud à Shenandoah!

(insérer scan)

Il est maintenant 10h30 et nous n’avons pas bougé de New York… Sachant que nous en avons pour 7h de route, il serait bien de se mettre en mouvement! Le trajet se passe sans encombres, pour gagner du temps nous mangerons dirrectement dans la voiture car on espère bien arriver avant le coucher du soleil…

Nous arrivons finalement vers 18h30, le soleil n’est pas encore couché mais la pénombre s’installe. Comme à son habitude, Shenandoah nous accueille avec quelques bambis sur notre campement.

Une salade au thon plus tard et nous voilà confortablement emmitouflés dans nos onesies pour la nuit

 

(insérer scan)

Shenandoah -> Detroit (Windsor)

Nous devons effectuer aujourd’hui le plus grand trajet du road trip, pour rejoindre Détroit, nous avons 8h de route devant nous.

Winchester sign

Can you spot the supernatural fan?

Une fois la tente démontée et le coffre rempli, nous prenons la route vers la frontière Américaine. Comme nous passons par les grandes autoroutes puis des grandes routes de campagne, nous rencontrons peu de bouchons. Nous profitions d’une aire de repos pour faire pause miam au milieu de la journée. Nico test un fast food americain « Dairy Queen » tandis que N’ael prends un sandwich végé à la boulangerie (sisi, ils ont des boulangeries sur les aires d’autoroutes aux US). Comme le sandwich est un peu léger, iel repars acheter une grand focaccia qui ne fera pas long feu tellement qu’elle est bonne (et pleine d’huile). Nico quand à lui passera l’après midi à digérer son burger

Nous arrivons sur les coups de 16-17h à Windsor ou se trouve notre Hotel. Ne pouvant pas trouver de camping dans le coin, nous passeront 2 nuits au Travelodge en face Detroit, au canada. Si l’hôtel se vante d’avoir du Wifi haut débit, il n’en est rien. N’ael ne capte rien et le mac de Nico rame comme pas croyable.

Après une bonne salade thon-mais-haricots rouges et un épisode de NCIS nous nous endormons dans un lit moelleux…

River State park – Shenandoah

Aujourd’hui c’est l’anniversaire de Nico! Après un bon petit déjeuner nous nous préparons pour aller faire du kayak. Le fait d’avoir une rivière navigable à proximité fut l’une des raisons majeures qui nous ont poussées à choisir ce camping. Nous avons choisie la compagnie la plus proche qui propose  des forfaits en fonction des trajets que nous souhaitons faire. Nous sélectionnons un trajet facile qui pars de l’endroit où  nous nous sommes baignés la veille. Nico en profite pour s’acheter des chaussures aquatiques car il est interdit (et dangereux) de pratiquer le kayak sans chaussures.
Un peu après avoir fini de se tartiner de crème solaire, un bus scolaire armé d’une remorque pour les bateaux viens nous chercher. Le chauffeur nous explique les règles de sécurité puis nous donne des informations à propos du trajet que nous allons effectuer. Il est censé durer 2h mais comme nous ne sommes pas expérimentés, il est possible que nous prenions un peu plus de temps.

Un peu avant l’arrivée nous devrions voir le signe 11 sur un gros panneau à gauche, après cela il y aura une alcôve pour descendre du bateau. Un camion passe toutes les demi-heures dons nous devrions pouvoir être rapatriés à notre voiture sans problème.

Le chauffeur nous conseille néanmoins d’être prudents car à cette période de l’année, le niveau d’eau est bas et il est possible que nous ayons même besoin de pousser l’embarcation à plusieurs reprises.

Numérisation_20170319

Plan du parcours en kayak (une version couleur sera mise sous peu)

Il est 10h lorsque nous nous mettons à l’eau. N’ael devant et Nico derrière pour pouvoir diriger le kayak correctement. Après avoir dépassé les baigneurs, nous faisons une courte pause en face des campements histoire de se baigner et de se rafraîchir un peu.

Il est vrai que le peu d’eau empêche parfois le kayak de passer au travers de barrières rocheuses mais en rampant un peu, ou en descendant du kayak nous arrivons à passer. Nous croisons très peu de gens sur le parcours, probablement à cause de a chaleur ou du fait du peu d’eau, ou d’une combinaison des deux… Les vaches sont sorties des champs pour mettre les pieds dans l’eau et nous regardent passer comme elles regardent passer les trains en Bretagne…
Nous continuons donc tranquillement notre chemin sans trop de notion d’heure. De temps en temps nous sautons à l’eau pour nous rafraîchir car le soleil tape dort… Nous arrivons finalement à la fin de notre parcours et accotions notre kayak. N’ael n’a plus beaucoup de forces et vas s’asseoir sur un rocher pendant que Nico sors le bateau de l’eau et arrange les rames. C’est là que nous nous rendons compte que la peau de nos jambes tire et est toute rouge! Bonjour les coups de soleil.. Il faut dire que nos 2 heures dans l’eau n’ont pas beaucoup plu à la crème solaire…

Le bus scolaire viens nous chercher peu de temps après pour nous ramener à la boutique ou nous récupérons la voiture.

 

Rentrés à la tente;  un gros coup de barre se fait sentir. Néanmoins nous allons prendre une douche pour essayer de soulager nos coups de soleil. Une mauvaise surprise nous attends lorsque nous rouvrons la tente: les rakuns ont décidés de piller la tente et particulièrement le pain noir que nous avions acheté la veille. Au lieu de dé-zipper le rabat, ils ont fait un trou dans la doublure de la tente pour accéder au garde manger…Nous n’avons pas d’autre choix que de la réparer à coup de Duck Tape…

L’après midi se passe tranquillement. Nous avons déménagé notre site de camping car les partisans de Donald Trump ont quitté leur spot, qui est placé très avantage ment proche de la rivière.

Lorsque le jour baisse nous rallumons le feu avec le reste des branches de la veille; Nico en profite pour se faire des Smores en guise de gâteau d’anniversaire.

dsc_1068

Birthday boy!

C’est donc tous courbaturés et plein de coups de soleil que se finit la journée de Nicolas.

Shenandoah – Big Meadows – River State Park

-N’ael, je crois qu’il y a un Bambi qui cherche à manger sous la tente

-Mmrhl?

-Enfin, j’espère que c’est Bambi… Au vu du bruit lourd de respiration on dirait plus un ours…

*La tente bouge et on entends un grognement*

-N’ael…. je crois qu’il y a un ours qui veux manger la tente…

-Mmrhl?

 

Nico se lève, alors que N’ael est toujours enroulée dans les couvertures et peine à se réveiller. Un nouveau choc sourd et un grognement se font entendre de l’autre côté de la tente. Nico réplique par un coup  sur la toile. On entends des bruits de pas et un bruissement dans les fauves.

Puis un nouveau coup, du coté  de N’ael qui n’a toujours pas émergé. Nico réplique et le fauteur de trouble viens frapper sur la gauche de la tente. Nouvelle réplique de Nico. N’ael est à présent sorti des couvertures et (a peu près) réveillé.

-Je vais sortir doucement voir ce qu’il se passe, décide Nico

-C’est qui le numéro des ranger déjà?

Nico ouvre délicatement la doublure de la tente mais descend un peu vite la fermeture éclair de la toile principale. Notre visiteur prends peur et on entends un bon gros fouillis de feuilles et de grognements

-Ah bah oui, c’était bien un ours…

L’ours en question est donc désormais dans l’arbre au dessus de nous. Il a l’air de s’y plaire car plein de fruits s’y trouvent et il festoie…

Même s’il se déplace avec agilité dans l’arbre, nous préférons sortir de la tente pour le cas ou il perde l’équilibre et s’écrase sur la tente….


Le soleil se lève doucement et il commence à faire faim… Lorsque l’on ouvre la Bear Box pour récupérer le réchaud et le café, l’ours tourne la tête et commence à nous dévisager… On vas peut être aller prendre le café chez les voisins qui sont réveillés eux aussi et qui nous font signe qu’un ours se goinfre au dessus de nous. Oui, on sait.

Finalement, une petite heure plus tard monsieur l’ours, le ventre bien rempli, décide de redescendre de son arbre et de nous laisser le champ libre pour démonter la tente.

Nous remballons donc les affaires tranquillement et Nico commence à faire des aller-retour à la voiture.

Au retour d’un voyage, Nico est suivi par une saucisse sur pattes, toute contente d’avoir quelqu’un avec qui jouer. N’ael referme la tente et commence à le caresser. Nico repars pour un voyage à la voiture et, de sa main libre claque des doigts. Son ami le chien se lève d’un coup dédaignant N’ael et se remet à suivre Nico. Finalement Nico retrouveras son maître un peu plus tard.

Nous sommes fin prêts a quitter ce très chouette camping. Comme nous n’avons qu’une heure de route jusqu’au prochain camping, nous décidons de nous arrêter un pu plus loin pour faire une petite rando.

Cette petite rando de 2h, (selon les panneaux) nous emmène au point culminant de Shenandoah. La rando n’est pas trop abrupte et nous croisons peu de monde sur le trajet. Un couple s’extasie sur la présence d’animaux sauvage, nous n’osons pas leur parler de notre rencontre matinale, de peur de les voir partir en courant…

Arrivés au sommet, seul Nico arrive à avancer vers la corniche. Le vertige de N’ael est bien trop fort et iel  reste à attendre à la lisière des buissons

DSC_1032.JPG

Une fois l’exploration de Nico finie, nous redescendons à la voiture. Il ne nous aura fallu qu’une heure pour faire le trajet et la fraîcheur des bosquets rendait la randonnée très agréable.

La faim commence à se faire sentir, on s’arête donc pour pic niquer sur la première aire de repos que l’on trouve puis direction notre prochain camping.

Pour y accéder nous devons redescendre des montagnes – et donc du parc de Shenandoah – et retraverser quelques petites villes typiques des USA.

Nous arrivons finalement à notre destination en début d’après midi. L’accueil nous indiaue que nous pouvons choisir notre spot pour camper à notre convenance. Nous commençons donc notre repérage. Les emplacements sont tellement grands que l’on aurait pu y loger 6 tentes comme la notre!

Malheureusement les meilleurs spots sont pris par des partisans de Trump ( petite affichette sur le camp site ET sur leur voiture) , nous nous rabattons donc sur un emplacement proche – mais pas trop- des toilettes et des douches.

capture

Après avoir monté la tente et installé nos affaires, nous allons nous baigner. En effet le camping est placé à coté d’une rivière ou il est possible de nager et de faire du kayak.

Apparemment ce camping est aussi très prisé d’une grand famille hispanique qui ont décidé de fêter un événement ici. Musique et enfants de partout! Nous essayons de nous mettre à l’eau dans un premier spot sans blesser qui que ce soit. La zone est sujette à un fort courant et il faut donc agripper aux rochers pour avancer. Nous décidons finalement de trouver un endroit plus calme et moins dangereux pour nous baigner… Un bras de la rivière plus calme nous offre cette opportunité, même si la profondeur n’est pas énorme,nous barbotons tranquillement une petite heure puis rentrons au campement pour nous laver. Ici l’eau n’est pas payante

-On mange quoi ce soir?

-Des pâtes à la crème? Avec de la bière?

-Dans ce cas là, il nous faut trouver un supermarché!

Nous partons donc sur la route en quête d’une épicerie quelconque. Après quelques demi tours, nous trouvons un énorme Wallmart qui réalisera nos rêves les plus fous en terme de nom nom

Rentrés a la tente nous décidons de préparer le repas au feu de bois. Une fois les pâtes cuites et dévorées, nous faisons sauter le pop corn que nous dégustons avec une bonne bière. Il fait déjà nuit et nous commençons a nous faire attaquer par les moustiques, et partons donc nous réfugier dans la tente pour la nuit!

Shenandoah Big Meadows

Le check out étant à 11h nous avons un peu de temps ce matin. On savoure notre café en regardant le soleil se lever, puis rangeons nos affaires.

Notre voisin anti-insectes est déjà parti depuis longtemps, nous ne saurons donc jamais quel était son système de tente.

Arrivés à Big Meadows vers 3h, nous avons la surprise de découvrir un bambi sur notre emplacement. Il ne reste pas longtemps car il a peur mais en révérons beaucoup d’autres par la suite. Après avoir monté la te,te et mangé un couscous (peu) réhydraté nous partons randonner vers les cascades que le ranger de l’accueil nous a conseillé.

Dark Hollow falls map

Chose pratique, le départ du chemin de rando est au bout de notre site de camping! Le chemin commence au travers de la foret puis croise la route. De là, la descente commence, on longe le ruisseau qui s’élargit au fur et à mesure jusqu’à donner des mini chutes et des bassins.

Comme il fait chaut, on profite des bassins pour plonger nos pieds et se rafraichir. Apparement ce n’est pas habituel car les touristes chinois nous prennent en photo et les américains nous dévisagent… On repars tranquillement jusqu’à arriver en bas de la plus grosse chute d’eau. N’ael décide de replonger  les pieds puis les genoux alors que Nico escalade… Finalement les chinois prenennt le coup et plongent aussi les pieds, mais juste le temps d’un selfie!

Après la trempouille, nous décidons de remonter tout ce que l’on a descendu. On croise une famille d’américains où visiblement seule la mère est contente de la randonnée. Le père et les 2 fils réclament à manger et râlent à haute voix.img_20160826_164730

Soudain N’ael voit un mouvement sur la gauche. en effet, un ours adolescent cherche de la nourriture tranquillement dans le ruisseau. Nous nous arrêtons pour le contempler comme nous n’avons pas l’appareil photo. Et c’est là que nous nous faisons rattraper par les américains bruyants… N’ael leur fait signe de rester discrets car il y a un ours mais au lieu de baisser la voix, ceux-ci s’écrient « A BEAR! » Pour la discrétion on repassera…

 

En continuant la montée nous essayons de prévenir les gens mais ils semblent plus blasés qu’autre chose….
En traversant la route nous passons dans la foret et N’ael aperçoit un bébé ours

-Awn il est trop chou!

-Oui, enfin s’il y a bébé, il y a maman pas loin… réplique  Nico

En effet, de l’autre coté de la route, maman ours fouille le sol à la recherche de nourriture et on entends du bruit venant d’en face de nous.

Pour éviter de tourner le dos à l’ours (il parait qu’il ne faut jamais faire ça, d’après les rangers ça nous fait passer pour des proies), N’ael avance à reculons tandis que Nico regarde devant lui.

Heureusement ce n’est que Bambi et nous pouvons continuer la route tranquillement jusqu’à la tente.

Avant d’aller prendre notre douche, nous pausons et buvons de l’eau. C’est là que Nounours décide de continuer sa rando et de venir nous dire bonjour. Cette fois ci nous avons l’appareil photos et le mitraillons. Il finit par se mettre sur ses deux pattes arrières et pars chasser un oiseau… C’est fichtrement rapide un ours!

nounours.png

Comme la veille, les douches sont payantes donc nous économisons l’eau en nous lavant à tour de rôle dans la même douche. Nous tentons d’acheter quelques victuailles pour agrémenter notre souper mais la cafétéria n’offre que très peu de choix, nous rentrons donc à la tente.

Ayant acheté des cartes postales la veille, nous les écrivons et partons en quête de timbres. Au sommet du campground se trouve un hôtel avec une boutique souvenir. La caissière est occupée a monter des photos d’ours à tous les clients car apparemment il u en a un qui traîne dans le coin et les rangers sont à sa poursuite. Se pourrait-il que ce soit celui qui était venu nous faire coucou?

Une fois les cartes postales mises dans la boite au lettre, nous redescendons à l’entrée du campement pour visiter le campstore. La cafétéria est bien mieux fournie et nous achetons pop corn, chips au vinaigre, bière et bonbons pour Nico.

Nous rentrons enfin à la tente pour manger notre repas du soir et se préparer à dormir. Le temps que l’on finisse de mander, il fait déja nuit. Nous décidons donc de nous poser pour regarder les étoiles avant de nous endormir. En effet, il y a tellement peu de pollution lumineuse qu’il nous est très facile d’observer les étoiles

En route pour Shenandoah

Numérisation_20170304 (2).png

Techniquement Shenandoah n’est pas très loin de Washington (200km) mais comme il n’y a pas d’autoroute tout du long, le trajet est un peu long. Pour aller à Loft Mountains, au su du parc de Shenandoah nous empruntons dans un premier temps la fameuse route 66. Puis nous continuons sur une petite route départementale (ou équivalent aux US) qui nous mène doucement vers les montages.

En arrivant dans le Shenandoah National Park, nous avons l’heureuse surprise de voir qu’aujourd’hui est un « entry free day« , nous faisant donc économiser une quinzaine de dollars.

Nous arrivons au site de camping vers 13h et l’accueil n’est pas encore ouvert à cette heure ci. Nous arrêtons donc la voiture pour attendre l’ouverture et en profitions pour lire la documentation sur les ours et les randonnées du coin. Un homme un peu bizarre discute avec un randonneur qui a quitté son boulot pour réaliser la traverser de l’Appalachian Trail. Ce chemin parcours les montagnes Appalaches sur la cote ouest des Etats unis et fait environ 3510 km de long.

Le monsieur bizarre parle de destinée sacrée et dit s’être fait voler toutes ses affaires par quelqu’un la veille… Le randonneur lui fait alors remarquer que c’est interdit de séjourner plus d’un moins dans le camping et que c’est probablement un ranger qui a récupérer ses affaires pour libérer l’emplacement.

Dans la mesure ou nous avons déjà réservé notre emplacement (et que nous commençons à avoir très faim) nous laissons ces deux la à leur discussion et rejoignons notre camp site.

Sur le site, nous trouvons une « Bear Box » pour ranger toute la nourriture et l’équipement de cuisine hors de portée des animaux sauvages

Numérisation_20170304 (3).png

Après avoir mangé, nous repartons nous enregistrer à l’accueil équipés de nos chaussures de rando car nous espérons nous balader un peu avant le coucher du soleil. Une fois les papiers signés, nous nous aventurons donc sur une fraction de l’Appalachian trail, censé faire le tour du camping. (une carte est disponible à la fin de cet article)

Le début du chemin est peu dégagé mais nous parvenons à nous faufiler entre les arbres jusqu’à une intersection. A gauche le camp site, à droite l’Appalachian Trail, a droite toute donc! Au bout d’une heure de marche, N’ael commence à se demande pourquoi le chemin ne fait que descendre tout droit…

On est censés tourner quand même!

D’autant plus que le chemin n’a pas l’air très  emprunté…Il arrive souvent que des buissons nous barrent la route où que l’un d’entre nous doive écarter une branche pour permettre à l’autre de passer… 30 minutes plus tard Nico atteins une nouvelle intersection, N’ael en profite pour aller regarder si un éventuel panneau indique notre emplacement. Et oui, effectivement, nous nous sommes trompés au premier embranchement, nous étions partis sur le grand chemin de l’Apalachian!

Peu envieux de refaire 1h30 de rando en montée (d’autant plus que le jour commence à descendre) nous décidons de rentrer par la route, tant qu’à faire nous nous essayons au stop

C’est autorité en virginie occidentale au moins? demande N’ael

Peu importe, 10 minutes plus tard un couple de New Yorkais s’arrêtent et nous proposent de nous déposer au camp site. Leur voiture est vieille, fait un boucan pas croyable et n’est pas très propre mais nous sommes bien heureux de troquer 1h30 de marche contre 20 minutes de voiture.

Une fois rentrés à la tente, Nico et N’ael entreprennent d’aller à la douche… Avec un petit stop au magasin de souvenirs d’abord. Comme les nuits sont fraîches, Nico craque pour un bon gros plaid à l’effigie de Shenandoah.. Très kitch!

Dans le parc les douches son payantes, ce qui est compréhensible car amener de l’eau au sommet ne doit pas être chose aisée. Heureusement, il y a une machine qui permet de changer les billets en pièces de 25c.

Une fois la douche prise, Nico fait un tour à la cafétéria pour acheter un sac de glace car sans électricité, le mini frigo dans lequel nous gardons la nourriture ne vas pas rester frais longtemps…dsc_0954

Nous avons la chance d’avoir réservé le camp site avec la plus jolie vue du camping. en effet nous profitons d’un superbe coucher du soleil en préparant à manger.

Notre voisin arrive finalement lorsque nous faisons chauffer l’eau, zut on ne serai pas tous seul cette nuit. Il installe une bâche entre 2 arbres qu’il stérilise à l’anti insecte. Nous n’avions jamais vu quelqu’un en mettre autant!

Malheureusement nous partons nous coucher avant qu’il ait fini de s’installer donc nous ne comprenons pas comment il a installé sa tente… Ma supposition est qu’il a par la suite installé un hamac.

loft-mountains